Alliaria petiolata : plante médicinale utilisée en phytothérapie

Alliaria petiolata

Généralement, dans les pays européens, l’alliaire petiollata ou alliaire officinale était usé depuis plus des années en tant que matière de base à la création d’antiscorbutique et d’antitussif. Mais qu’est-ce qu’on entend par cette dernière ? Et quels sont les avantages qu’elle rapporte ?

Alliaria petiollata : qu’est-ce que c’est ?

Alliaria petiolata, est considérée comme une herbe à l’ail, car sa feuille a une odeur de l’ail. Pourtant, elle vient de la famille des choux. C’est-à-dire qu’il s’agit d’une plante médicinale appartenant aux catégories des brassicacées. Cette plante se trouve en abondance dans les régions européenne qui sont très riches en calcaire. Cependant, l’Alliaria petiolata se différencie des autres plantes par les fleurs blanches et sous la forme de croix, des grains assez étendus et aussi à leur odeur similaire à celle de l’ail. En réalité, celui-ci pousse en deux étapes pendant deux ans : une feuille se forme au niveau du sol pendant la première année et après une tige mince et longue s’érige durant l’année suivante, sur laquel les petites fleurs blanches vont apparaître sur les sommets. À côté de ses diverses applications dans le domaine de la médecine, elle est aussi très un condiment très reconnu et assez souvent utilisée comme aromatique étant donné son odeur et son goût qui se ressemble vraiment à celle de l’ail. Pour en savoir plus sur cette magnifique plante visitez ce site : www.fleursdusud.fr.

Qu’est-ce qu’on attend par phytothérapie ?

Tout d’abord, le terme phytothérapie provient du mot grec qui signifie soigner à partir d’une plante. Récemment, les recherches sur les plantes médicinales ont déployé les ailes dues aux effets secondaires par rapport à l’usage des médicaments qui sont de base chimique et aussi dus aux limites auquel la technologie peut offre. De ce fait, beaucoup de médecins, de scientifiques ont dédié les travaux à la recherche des plantes qui peuvent remplacer les antibiotiques et les injections, mais qui a le même effet en guérissant ou prévenant la maladie. Puis, la phytothérapie est une activité de traitement basé par des herbes ou plantes. D’un côté, il y a l’ancienne phytothérapie qui se pratique avec l’usage astral ou ce qui ont été transmis de génération en génération. De l’autre, il y a la moderne phytothérapie qui se base sur l’extraction des éléments actifs dans la plante, puis au calcul du pourcentage des éléments, ensuite aux essais cliniques avant de les utiliser pour soigner ou soulager la maladie. En revanche, la pratique de la phytothérapie ancienne n’est presque plus autorisée dans certains lieux dus à l’incertitude sur la dose à laquelle le patient doit consommer.

Quels sont les effets bénéfiques de l’alliaire petiolata ?

L’alliaire petiolata est une plante souvent sollicitée en phytothérapie. Elle est également connue pour sa nature fluidifiante. Mais la question qui se pose fréquemment est : qu’est-ce qu’elle rapporte ? En effet, celle-ci renferme de nombreux éléments bénéfiques. Elle est à la fois utilisée dans les cuisines, aromatique, comestible, mais surtout médicale. Employée dans le domaine médical, elle nettoie, détoxifie et empêche la propagation des infections par exemple. C’est pourquoi, elle est sollicitée par d’innombrables chercheurs. En outre, il s’agit d’un élément qui représente diverses vertus thérapeutiques, en l’occurrence, traitement : goutte, douleur de rhumatisme, problèmes cutanés, etc. À vrai dire, cette plante est utilisée pour apaiser diverses maladies. D’ailleurs, cette plante est aussi utilisée dans la confection de produits cosmétiques (détersive et antiseptique). Sur le plan alimentaire, les feuilles aussi bien que les fleurs donnent un goût agréable aux salades, à la sauce soja ou à la mayonnaise, etc. Bref, la médecine traditionnelle assure que ce type de végétal contribue à l’amélioration de la santé et du bien-être.

L’allaire petiolata en phytothérapie : guide de consommation

L’alliaire petiolata est généralement employée afin de guérir diverses maladies. Pourtant, pour ceux qui veulent l’utiliser comme traitement, la consigne d’un médecin est nécessaire pour ne pas se tromper sur sa dose. Par contre, voici quelques conseils à utiliser sur certains cas de maladie. Par exemple, sur le cas d’une plaie, il est conseillé d’utiliser une ou deux feuilles fraîches à chaque pansement et le renouveler par jour jusqu’à la résorption. Dans les cas d’un problème de la peau, vous pouvez la bouillir avec la racine et de l’eau puis faire un bain avec. Par contre, pour ceux qui ont besoin de faire une décoction, il vous faut faire bouillir 100 g de ces derniers frais. Par ailleurs, le manque en vitamine C peut aussi être complété par la consommation de l’alliaire petiolata. Notamment, en faisant un thé de tisane. Pour ce qui est de sa conservation, vous pouvez mixer les feuilles au vinaigre de vin. Cela permet de la conserver et de garder les éléments importants qu’elle renferme. C’est aussi le cas si vous souhaitez l’utiliser pour assaisonner votre crudité. Néanmoins, il est conseillé de consommer celui-ci frais pour tirer le maximum de son bienfait.

Plantes carnivores à cultiver chez soi : découvrez les conseils pratique pour la drosera capensis
Cultiver son jardin est tout un art !